Rhin et Découverte "La nature à votre portée"

Rhin et Découverte

Ma première histoire

Ce fut ma première année de chasse photo. Cette histoire vraie s'est passée au mois de mars dans les marais de la plaine d'Alsace.
C'était l'époque des giboulées et surtout, ce qui m'intéressait le plus, chez le sanglier c'était le temps des mises bas. Tout vêtu de camouflage, et bien seul au milieu de cette jungle inhospitalière, me voilà parti au coeur de la roselière. Un appareil photo (24 / 70 en bandoulière) et l'autre, un 300 mm tenu comme un fusil. De l'eau à ras les cuissardes, j'approchais chaque monticule de terre avec précaution! Je sentais la bise encore très froide me pincer le visage, j'étais à bon vent! Tout à coup une laie sortie de dessous un tas de roseaux secs avec encore le placenta qui pendait! A dix mètres elle s'est arrêtee, puis elle est rentrée dans la roselière. Très surpris et avec la peur au ventre, je vis quelques petits marcassins sortir du chaudron. Ils étaient encore tout mouillés. L'un d'entre eux s'est approché de moi et voulait me sentir!
J'ai reculé dans l'eau jusqu'aux genoux et puis après quelques instants, je suis reparti pas très rassuré: pour cause! La laie n'était pas très loin et était très nerveuse.
Trois à quatre fois par semaine je suis retourné au marais pour leur rendre visite, et pour récompense, ce marcassin que j'avais baptisé Jeff m'a suivi pendant six mois au coeur du marais et dans la Heide (petite forêt). Après quelques jours, il y a eu un grand coup de froid, de cette portée de huit marcassins seul Jeff, un frère et une soeur ont été rescapés, La compagnie n'était pas grande, s'ajoutait encore la gardienne (une jeune laie rousse qui était toujours présente avec les jeunes, d'où son nom).
La mère de Jeff ne m'appréciait guère, lorsque l'on se rencontrait, elle me mettait systématiquement en garde, la tête haute, le boutoir relevé et les écoutes bien écartées! Je devais à tout prix m'abaisser et reculer. Les premières fois je ne connaissais pas encore ses moeurs, j'avais souvent très peur surtout quand elle cassait des noisettes!
Partout où je passais elle marquait le tronc des arbres à coups de défenses. Elle est venue jusque dans mon affût (un jour que je n'y étais pas) pour mâchouiller une branche qui le traversait ...
Mais c'était plus fort que moi, dès que j'étais en congé, je partais au marais pour retrouver Jeff. Il était devenu une bien jolie bête rousse. Il était formidable, dans les dix minutes qui suivaient mon arrivée, il arrivait en grognant. Il venait tout près de moi, jusqu'à me toucher! Je lui apportais souvent une petite récompense, (quelques grains de maïs). Il me suivait jusque dans l'eau pour me retrouver, c'était un jeu de cache-cache! Puis les mois ont passés, je suis parti en vacances, et lorsque je suis revenu, je n'ai plus retrouvé Jeff et de sa compagnie, plus de traces. Pour moi, j'avais laissé échapper quelque chose!
Jusqu'à très tard dans la soirée, je l'ai cherché, j'ai parcouru tout le marais en long et en large, j'ai appelé, plus personne, fini, la belle histoire de Jeff était terminée.
Il ne me restait plus que ma tristesse et mes souvenirs, ô combien merveilleux!
Depuis ce temps, j'ai eu d'autres histoires aussi merveilleuses, mais l'histoire de Jeff, c'était la première !!!!


06/10/2007
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 27 autres membres